Les Auteurs Africains

Kawata Ashem Tem François-Thomas

Né en 1949 à Kikwit, il a travaillé comme enseignant à l’Université nationale du Zaïre, conseillé au ministère de l’éducation nationale, et producteur et présentateur d’une émission de télévision « Dossier ouvert ». En 1980, il s’exile en France où il enseigne l’histoire et la géographie.

Son premier roman, Des cendres et des flammes, fut publié en 1980.

Il vient de publier le dictionnaire Lingala-Lingala déjà primé notamment par l'Unesco, le BAGO.

Pour tout contact : bagodaquin@voila.fr

Bienvenu Sene Mongaba

Né le 28/01/1967 à Kinshasa. Il est chimiste et travaille comme consultant en chimie de l'industrie en Belgique pour les entreprises d'Afrique. Dans ses hobbies, il aime écrire et lire. Il s'intéresse de près à l'évolution du lingala. Il dirige "Idologie plus plus", un magazine de BD et d'éducation au développement en lingala à Kinshasa. Il fait partie des administrateurs de l'asbl Nouvelle Ecriture Africain.

 Il a écrit :

Fwa-Ku-Mputu , Roman en lingala. (Editions Mabiki 2002)

Fwa - Ku - Mputu (Meurs en Europe) décrit les tribulations d’un jeune Kinois qui a juré d’émigrer en Europe à tout prix.

  Soulboth Nzinga Kuvu, un jeune Congolais  habitant le quartier populeux de Kingasani, à Kinshasa, ayant quitté l’école pour des problèmes d’argent, se décide un jour à aller tenter sa chance en Europe.   Pour ancrer ce désir d’évasion dans sa mémoire, il prend le surnom de «Fwa ku mputu»(FKM), jurant que s’il réalisait son rêve, il ne reviendrait au Congo que dans un cercueil.

   Pour parvenir à ses fins, FKM conseille à son père de vendre la maison familiale, lui promettant de lui acheter deux villas dans un quartier chic de la ville, dans les six mois qui suivront son arrivée en Europe. Devant le refus paternel, le jeune homme se résout à faire de petits boulots. Pendant dix ans, il réunit les fonds nécessaires à l’obtention du passeport et du visa, sans oublier ce qui revient à toutes ces filières qui permettent de rejoindre Miguel.

   Candidat réfugié, il verra sa requête rejetée par l’Office des étrangers et les autres instances de recours. Arrêté et sur le point d’être expulsé, il échappera à la police et errera vainement, dix années durant,  en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne et en France, avant de se décider à tenter sa chance en Angleterre.

Au contact de la réalité et FKM se rendra vite compte que, même en Europe, la vie est un «tibia », c’est-à-dire dure.

- En cavale dans le gouffre vert, Roman en français. (Editions Mabiki 2003)

Une fiction qui se déroule au fil des siècles, dans la jungle des forêts des Batiene au 17ème au 20ème siècle. Deux jeunes sont accusés de crimes qu'ils n'ont pas commis. Nzama, dont la naissance a entraîné la mort de sa mère, est obligé de vivre avec la haine de son père et le mépris de son village. Ndôo, pour toutes les calamités et malheurs qui surviennent dans son village, est accusée de sorcellerie. Pour échapper à la sentence, elle s'évadera avec son père. Le combat pour la survie les mettra sur le même chemin, celui de l'amour et de la liberté. En cavale dans le gouffre vert est écrit sur fond de l'Histoire des Batiene au Congo.


Djungu-Nsimba Charles

Né au Kivu en 1953, il fit des études littéraires à l’Université de Lubumbashi. Il a ensuite travaillé comme journaliste à la Télévision nationale et enseignant de littérature à l’Institut Pédagogique National de Kinshasa, avant de s’exiler en Belgique où il réside actuellement. Il a publié notamment : Cité 15, Ed. L’harmattan, Paris ; On a échoué, Ed. du trottoir, Kinshasa, et plusieurs recueils de contes pour la jeunesse.


Norbert MBU MPUTU

Né à Nsho, dans le Bandundu, le 5 mai 1966, Norbert MBU MPUTU a été avant tout journaliste à Kimpangi, Salongo et à Radio Elikya, la Radio Catholique de Kinshasa. Après avoir travaillé trois ans à l’OMS/RDC, il est actuellement Directeur du Programme pour la RDC dans Riders for Health. Consacrant tout son temps libre à l’écriture et à l’informatique, il publie des articles dans les magazines et revues catholiques de Kinshasa.
Il effectue plusieurs voyages d’études et de formation à l’étranger et est porteur de quelques décorations et diplômes de mérite.
Norbert MBU MPUTU est aussi chercheur associé au Centre d’Etudes Ethnologiques de Bandundu (CEEBA), et assure quelques recherches en anthropologie en mémoire de son ami Stéfan Bekaert, pour la Fondation du même nom, sous la direction du professeur René Devisch de l’Université Catholique de Leuven (K.U.L.) en Belgique. Il a créé une maison d'édition, "Les Editions du Jour Nouveau" et est actuellement le représentant de www.congovision.com à Kinshasa (RDC)  

Oeuvres littéraires :

- Ville-morte suivie de Le sans-papiers et de L’arbre sacré (Nouvelles), Kinshasa, Médiaspaul, 1999, 80 pages.

- Lueurs mélancoliques (poèmes), Paris, La Pensée Universelle, 1992, 112 pages.

Autres publications :

- L’ordinateur et ses multiples usages, Kinshasa, Editions du Jour Nouveau, 1999, 120 pages.

- Cent ans d’Evangélisation du Mai-Ndombe (Diocèse d’Inongo), Kinshasa, Editions du Jour Nouveau, 1998, 99 pages

- Initiation à l’Informatique et à l’ordinateur. Méthode facile, Kinshasa, 1998, 134 p.

- Elanga ya vino,(Cassette Audio, en collaboration avec K. Brusselaers), Kinshasa, Editions du Jour Nouveau, 2000.


Lomami Tshibamba Paul

Né en 1914 à Brazzaville, il revient à Kinshasa en 1920 avec ses parents . Il étudie au Petit séminaire de Mbata-Kiela , puis exerce divers métiers avant de devenir journaliste à la Voix du Congolais. Il y publie des articles critiques à l’égard de la colonisation belge et s’exile à Brazzaville de 1950 à 1959, où il compte parmi les principaux animateurs de la revue Liaison.

Sur le plan littéraire, il obtient le prix de la Foire coloniale de Bruxelles avec sa nouvelle « Ngando », en 1948.  Par la site il publie d’autres récits et nouvelles : Faire médicament ; la Récompense de la cruauté ; Ngemena ; etc. Dans toute son œuvre, il est resté fidèle à son inspiration marquée par le fantastique propre à la tradition africaine. Il est considéré comme le pionnier de la littérature congolaise moderne.

Bolamba Antoine-Roger

Né en 1913, celui que l’on appelait « Lokolé » a été l’un des premiers écrivains congolais. Pendant longtemps, il a fait figure de porte-parole des ‘évolués’ de la colonie du Congo belge. Il a dirigé la revue La Voix du Congolais de 1945 à 1959. Son recueil Esanzo : chants pour mon pays (1955), préfacé par L.S. Senghor, a révélé une voix poétique très attentive à la tradition populaire Mongo (qui lui inspira son célèbre poème Lokolé).


Mudimbe Valentin-Yves

Né en 1941 à Likasi (Katanga), il obtint une licence en lettres modernes à l’Université Lovanium, avant de défendre un doctorat en lettres à l’Université de Louvain (Belgique). Il entreprend alors une carrière universitaire d’abord à l’Université nationale du Zaïre, de 1970 à 1980, puis actuellement aux USA où il s’est exilé pour cause de désaccord avec le régime de Mobutu.

Mudimbe, qui est assurément le plus talentueux des écrivains congolais et qui a marqué le plus la littérature de son pays, est connu pour son œuvre poétique (Déchirures, 1971 ; Entretailles, 1973 ; les Fuseaux parfois, 1974) et ses romans (Entre les eaux, 1973 ; Le bel immonde, 1976 ; L’écart, 1979 ; Shaba deux, 1989).



Ngal Mbwill a Mpang Georges

Né en 1933 à Mayanda (près d’Idiofa), il a d’abord reçu une formation de philosophie et de théologie au Grand séminaire de Mayidi, avant d’étudier en Suisse et de soutenir une thèse sur Aimé Césaire en 1968. Depuis lors il a accompli une carrière universitaire au Congo, en Europe comme aux USA. Il est à la fois critique littéraire (Aimé Césaire, un homme à la recherche d’une patrie, 1994), romancier (Giambatista Viko, 1975 ; l’Errance, 1979 ; une saison de symphonie, 1994), mais aussi théoricien de la littérature et philosophe.


Zamenga Batukezanga

Né dans la province du Bas -Congo en 1933, il a été assistant social. Comme écrivain, il a connu un grand succès grâce à des courts récits, écrits simplement et plaisant à un large public (Les hauts et les bas, 1971 ; Souvenirs du village, 1971 ; Bandoki, les sorciers, 1972 ; Carte postale, 1974 ; Sept frères et une sœur, 1975 ; Un croco à Luozi, 1982 ; Chérie Basso, 1983 ; Mon mari est en grève, 1986 ; Un boy à Pretoria, 1989 ; etc). Son style et les thèmes qu’il traite ont fait de lui l’écrivain le plus lu du Congo. Il est mort en 1998. 

Faïk-Nzuji Clémentine Madiya

Née en 1944 à Tshofa dans le Kasaï, elle a étudié à Lovanium, puis a obtenu un doctorat d’Etat à Paris. Elle enseigne actuellement à l’Université catholique de Louvain (Belgique). Elle a animé dans les années 60 le cercle « La Pléiade du Congo » et publié ses premiers poèmes (Murmures, 1967 ; le Temps des amants, 1969) ; elle s’est ensuite tournée vers la linguistique et les littératures orales qui marquent son œuvre poétique ultérieure (Lenga et autres contes d’inspiration traditionnelle, 1976 ; Gestes interrompus, 1976) et ses nouvelles (Frisson de la mémoire ; le Masque).

Elebe Lisembe Philippe

Il est né en 1937 dans la région de l’Equateur. Il a étudié en Allemagne de l’Est, avant d’être journaliste, puis attaché de presse à l’ambassade du Congo à Alger ; il s’est ensuite installé en Europe. Auteur de plusieurs recueils de poèmes (Mélodie africaine, 1970 ; Solitude, 1973), des pièces de théâtre (Simon Kimbangu ou le Messie noir, 1972), des récits (Souvenirs d’enfance, 1975).

Ngandu Nkashama Pius

Né en 1946 à Mbujimayi, il a étudié à Lovanium avant d’obtenir à Strasbourg un doctorat ès lettres grâce à une thèse sur les « images cosmiques dans la poésie africaine ». Il a enseigné à l’Université nationale du Zaïre, puis à l’Université d’Annaba (Algérie) avant de s’installer en France. Son œuvre, particulièrement abondante, s’enracine dans l’histoire douloureuse de son pays depuis l’indépendance ; il avait commencé par la poésie (Crépuscule équinoxial, 1977), avant de publier une dizaine de romans (dont Le fils de la tribu, 1983 ; la Malédiction, 1983 ; le Pacte de sang, 1986 ; La mort faite homme, 1986 ; Des mangroves en terre haute, 1991 ; Le doyen mari, 1995), et des anthologies de la littérature africaine.

Mweya Tol’ande Elisabeth - Françoise

Née en 1949 à Kinshasa, elle a obtenu une licence en lettres avant de se tourner vers le journalisme. Elle a publié des poèmes (Remous de feuilles, 1972) et des nouvelles (Ahata, suivi de Récits d’une damnée, 1977).

Kama - Kamamba

Né en 1952 à Luebo dans le Kasaï, il s’est réfugié en Belgique depuis des nombreuses années. Il est poète et conteur (Chants de brumes, 1986 ; Eclipse, 1987 ; les Contes du griot , 1988 ; la Nuit des griots, 1991, Les contes du crépuscule, 2000).


Yoka Lye Mudaba

Né à Kinshasa en 1947, il a étudié à Lovanium avant d’obtenir un doctorat ès lettres à l’université de Paris III. Il a ensuite été directeur du Théâtre national et professeur à l’Institut national des arts, et est actuellement conseiller au ministère de la culture du Congo. Son œuvre littéraire est faite de théâtre (Kinshasa, 1975 ; Thina, 1984), d’essais humoristiques (Lettres d’un Kinois à son oncle du village, 1995 ; Signes de vie, 2000) ; ses nouvelles (Le fossoyeur, Stop, Chant de cygne) ont été primées meilleures nouvelles de langue française dans différents concours.

Emongo Lomomba Jules

Né à Katako Kombe danse Kasaï oriental en 1960, il a terminé des études de philosophie aux Facultés catholiques de Kinshasa avant d’obtenir un doctorat à l’Université Libre de Bruxelles. Il s’est installé depuis lors au Canada. Son premier roman, L’instant d’un soupir, a obtenu le prix inter-alliance franco-zaïroise en 1984, avant d’être publié aux éditions Présence Africaine en 1988. Depuis lors, il publié des romans (Muana Mayi) et des essais (Le nouvel esclavage, 1997 ; Esclave, libère-toi, 1997).

Mobyem Mikanza Norbert

Né en 1944, il est mort en 1994. Sa vie a été entièrement consacrée au théâtre ; il a créé le Théâtre du petit nègre à kikwit (1967-1969), puis le théâtre national du Zaïre. Il a adapté en langues nationales des classiques universels, de Gogol à Molière. On lui doit aussi plusieurs pièces en langue française (Pas de feu pour les antilopes, 1970 ; La bataille de Kamanyola, 1975 ; Procès à Makala, 1977 ; Notre sang, 1991).

Kadima-Nzuji Dieudonné Mukala

Né en 1947 à Banziville-Mobaye, il a étudié à Lovanium puis à liège (Belgique) où il obtint un doctorat ès lettes. Il enseigne à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville. Son œuvre, essentiellement poétique, compte plusieurs recueils : Les Ressacs, 1969 ; Redire les mots anciens, 1971. Il est aussi un critique littéraire réputé (Littérature zaïroise de langue française, 1986).

Tshibanda Wamuela Bujitu Pie

Il a étudié la psychologie à l’université de Kisangani, avant de rejoindre le Katanga natal où il exerce l’essentiel de sa carrière d’enseignant. En 1994, il quitte son pays pour se réfugier en Belgique suite aux massacres des Kasaïens qui sont perpétrés au Katanga. Son œuvre littéraire compte essentiellement des romans (De Kolwezi à Kasaji ; Je ne suis pas un sorcier ; Femmes libres, femmes enchaînées, etc).

Voir d'autres Ici

                                   Romain Chris

 

25 votes. Moyenne 2.88 sur 5.

 Toutes les actualite de Musique Politique seront disponnible sur cette site web

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site