Les ecrivaints français

Michka Assayas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aller à : navigation, Rechercher

Michka Assayas est un journaliste et écrivain français, né en en 1958. Il a fait ses études à l'Ecole Normale Supérieure. Il est le frère du réalisateur Olivier Assayas.

Sommaire

[masquer]
  • 1 Œuvres
    • 1.1 Romans
    • 1.2 Chroniques
    • 1.3 Dictionnaire

[modifier]

Œuvres

[modifier]

Romans

  • Les années vides, 1990.
  • Dans sa peau, 1994.
  • Exhibition, 2002.
[modifier]

Chroniques

  • Contre-feu, 1991.
[modifier]

Dictionnaire

  • Dictionnaire du Rock (direction d'ouvrage), 2000.
  • Bono par Bono, Co

    Charles Coypeau d'Assoucy

    Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

    Aller à : navigation, Rechercher
    Série : Littérature
    Littérature francophone

    Écrivains - Livres

    Histoire littéraire

    Antiquité - Moyen Âge -
    XVIe s. - XVIIe s. -
    XVIIIe s. - XIXe s. -
    XXe s. - XXIe s.

    Formes littéraires

    Conte
    Nouvelle - Roman -
    Poésie - Théâtre

    Genres littéraires

    Biographie - Fantastique -
    Roman noir - Polar -
    Science-fiction - Jeunesse -
    Expérimental - Nouveau roman

    Voir aussi

    Litt. non francophone -
    Courants littéraires -
    Prix littéraires -
    Écriture

    Méta

    Le projet Littérature -
    Portail Littérature

    Charles Coypeau, dit d’Assoucy ou d’Assouci, né à Paris le 16 octobre 1605 et décédé à Paris le 29 octobre 1677, est un écrivain et musicien français.

    Né d’un père avocat et d’une mère musicienne qui lui enseigne la musique. Sa formation musicale, il compose des chansons et joue pour Louis XIII, puis par Mazarin et Louis XIV. Il fait jouer sa pastorale Les Amours d’Apollon et de Daphné qui est, quelques années avant son ami de Lully, la première « comédie en musique » française. Les pages qui chantent à ses concerts sont également bientôt aussi connus que les « laquais de Boisrobert ». Il devient, vers 1640, l’amant de Cyrano de Bergerac qui vit chez lui et rédige Au sot lecteur, la préface burlesque de son Jugement de Pâris, 1648. Il rédige également une satire intitulée Pour Soucidas, contre un partisan qui avait refusé de lui prêter de l’argent qui prend sa défense contre un financier peu prêteur de son naturel. En 1653, suite à leur rupture, probablement pour une histoire de jalousies amoureuses, et aux menaces de mort de lui fait Cyrano, il fuit prudemment Paris où il ne reviendra qu’une fois ce dernier mort. Cyrano le poursuit de sa vindicte sur le papier avec sa satire Contre Soucidas où il l’accuse de n’être « qu’un clou aux fesses de la nature » et Contre un ingrat qu’il signe « Votre Partie, votre Juge, et votre Bourreau ». Cyrano y dénonce l’athéisme ainsi que les penchants de Dassoucy qui lui ont valu d’être chassé de la cour puis de la société des poètes. D’Assoucy réplique avec le Combat de Cyrano de Bergerac avec le singe de Brioché au bout du Pont-Neuf qui raconte sur la mode burlesque comment Cyrano tua le singe d’un bateleur du Pont-Neuf. D’Assoucy a raconté ses errances accompagnées de ses deux pages dans les Aventures burlesques de Dassoucy. Souvent emprisonné pour grivèlerie, dettes de jeu ou propos outrageants, d’Assoucy sera arrêté en 1655 à Montpellier où la mise en évidence de ses mœurs faillit le conduire au bûcher : « Les femmes m’appelaient hérétique, non pas en fait de religion mais en fait d’amour. » (Aventures burlesques de Dassoucy) Il sera emprisonné pour sodomie en 1652, 1655 et 1673. Chapelle et Bachaumont, qui l’ont rencontré en chemin en 1655, ont rapporté dans leur Voyage curieux, historique et galant, contenant plusieurs particularités très considérables comment il en usait avec son page Pierrotin :

    Ce petit garçon qui vous suit,
    Et qui derrière vous se glisse,
    Que sait-il ? En quel exercice,
    En quel art l’avez-vous instruit ?
    — II sait tout, dit-il. S’il vous duit
    II est bien à votre service
    Nous le remerciâmes bien civilement, ainsi que vous eussiez fait, et ne lui répondîmes autre chose
    Qu’adieu, bonsoir et bonne nuit.
    De votre page qui vous suit,
    Et qui derrière vous se glisse,
    Et de tout ce qu’il sait aussi,
    Grand merci, Monsieur d’Assoucy !
    D’un si bel offre de service,
    Monsieur d’Assoucy, grand merci !

    Séduit par la voix de Pierrotin, le duc de Mantoue l’enlève à d’Assoucy pour en faire un castrat. Lorsque d’Assoucy retrouvera Pierrotin à la fin de 1667 à Rome, il n’y gagnera qu’un procès pour athéisme. Sorti de prison au début de 1669, il quitte Rome, muni d’une médaille en or à son effigie qui lui avait offerte le pape. Il est encore emprisonné quelques mois à Paris, en 1673 mais aura le temps de procéder à la publication de ses ouvrages avant de mourir.

    [Lire la Suite Ici ]                                                                                 

3 votes. Moyenne 1.00 sur 5.

 Toutes les actualite de Musique Politique seront disponnible sur cette site web

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site