ELECTION

Joseph Kabila : « Je rencontrerai Bemba après le 29 octobre »

Kinshasa, 28/10/2006 / Politique
Ceci a amené le Président de la République à s’attarder sur le déroulement timide de la campagne électorale pour le compte du deuxième tour. Méfiance ? Epuisement physique ou faute des moyens? Au delà, en sa qualité de chef de l’Etat, comment compte-t-il gérer cette tension perceptible caractérisée par des énervements au risque d’inquiéter  la population en ce qui concerne le bon déroulement des élections. Avec un sourire au coin des lèvres, le chef de l’Etat ironise : « Les moyens ? C’est fort possible. Peut- être parce que je suis né d’une famille modeste ». Mais il reconnaît aussitôt qu’il faut « des moyens importants pour battre campagne au deuxième tour avec tout ce monde que l’on peut mobiliser quand un chef de l’Etat se déplace. Cependant, il importe de retenir que c’est la stratégie arrêtée par la direction générale de la campagne. Les députés élus, au nombre de 300, ont été mobilisés pour battre campagne. Ce qui a été fait. Je me considère comme le candidat du peuple et la campagne est faite par la population ».

En plus, il affirme qu’il y a un certain énervement: « En ma qualité de chef de l’Etat, je ne peux que m’employer à calmer les esprits. Retenez qu’il existe des structures mises en place justement pour sécuriser les élections. Toutes les mesures sont prises au niveau des services de sécurité, surtout de la Police, pour que les électeurs puissent aller effectivement au bureau de vote le 29 octobre comme prévu. Mais après le 29 octobre, je vais rencontrer le vice-président Bemba pour appeler la population au calme, surtout les partisans. Pour moi, les élections ne sont qu’une étape. Ce n’est pas une fin en soi la prochaine étape, et la plus difficile d’ailleurs, c’est la reconstruction du pays ».

« Les 5 chantiers : Les priorités des priorités »

Mais en se portant candidat, que vise Joseph Kabila et pourquoi doit-on le voter? Qu’est-ce qu’il n’a pas fait pendant les cinq ans de son exercice du pouvoir et qu’il compte faire maintenant? Occasion lui a été donnée de faire le bilan de son action et de lever le pan de voile de son programme d’action. « En 2001, le discours d’investiture constituait le programme de notre action. C’était l’engagement vis-à-vis de mon peuple, l’engagement de réunifier le pays, de le pacifier, d’entreprendre le Dialogue inter congolais et de l’emmener aux élections comme point de chute. Au plan économique, nous avons stabilisé le cadre macro-économique et sur le plan de la diplomatie, nous avons réussi à ouvrir le Congo au monde après plusieurs années d’isolement. Le Congo est devenu fréquentable. Mais l’objectif principal, c’était l’organisation des élections.

Après les élections, je dispose d’un programme que j’ai intitulé les 5 chantiers : Emploi, Infrastructures, Eau et électricité, Education, Santé. Mieux, je dirais que ce sont là les priorités des priorités. Prenons le cas des infrastructures. Le réseau routier est de 55 mille Km dont 2 mille seulement de route asphaltée. D’ici à 2012, il faudra disposer d’au moins 10.000 km de route asphaltée il en est de même de l’Eau, de l’Energie, de la création des emplois en encourageant la production nationale avec l’apport des investissements. ». Quand à savoir par où commencer, le président de la République a tenu à préciser que ces 5 chantiers étant les priorités des priorités, il y aura bien entendu une interaction pour autant que l’un ne peut aller sans l’autre. Et répondant à une question sur les moyens pour réaliser un Congo nouveau, Joseph Kabila réaffirme que le Congo dispose des ressources et qu’il suffit seulement de savoir les exploiter en s’appuyant sur une bonne gouvernance, en combattant la corruption. Ainsi, la taxe foncière, citée en exemple, pourrait rapporter 100 millions de dollars par an à l’Etat congolais. Tout est question de la détermination, de la volonté politique, a-t-il insisté.

Livrant la vision de l’armée, il a dit que tout se poursuivra selon l’esprit de la loi votée en 2004 pour organiser nos forces de défense, se doter d’une armée Républicaine pour le Congo de demain et au service du peuple. Partant, processus  de l’intégration de l’armée va s’intensifier et mettre le militaire dans de bonnes conditions sociales et militaires.

Le Potentiel


Last edited: 28/10/2006 13:59:50

Retour a la Page d'Accueil

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

 Toutes les actualite de Musique Politique seront disponnible sur cette site web

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site